Photo Audio Text Multimedia
     

Solidarité entre blancs

Yaya Boudani/Radio Pulsar/Twenty Ten

Solidarité des blancs dans les parks

effet : ambiance dans le parc (fondu sous commentaire

reporter (38''):
Dans les park de Coronation à Krugersdorp et Kempton Caravan park la majorité de la population est composée d'enfants et de veilles personnes. Les personnes âgées sont habillées de vêtements troués, ont les cheveux crépus, la barbe mal rasée et les enfants s'amusent sous les bois. Sans chaussure, parfois torse nu. Ceux qui semblent être les plus vieux vivent en retrait avec des bouteilles de bière en main. Livrés à eux même, ces blancs qui vivent dans de vétustes cabanes en bois ou des caravanes, sont généralement d'anciens fonctionnaires mis à la retraite à la chute du régime d'apartheid en 1994. Ces blancs pauvres ont perdu tout espoir. A Kempton caravane park, c'est Lulu de Beer qui est la responsable de lieux.

Audio (41''): Lulu De Beer
J'ai ouvert ce lieu pour les gens qui n'ont rien. L'inflation immobilière fait qu'un appartement coute 4000 rand le mois (environ 400 euro). Ils ne peuvent pas payer. Certains ont une pension mensuelle de 1000 ou 2500 Rand (environ 250 euro). D'autres n'ont pas de travail. Que devons nous faire, à part leur venir en aide. C'est pourquoi j'ai ouvert ce park. Et nous n'avons aucune aide du gouvernement. Voilà pourquoi ce lieu est ainsi. On doit tout faire. on essai de les aider.

Reporter (11'')
Eau, électricité et nourriture constituent ce qu'elle offre à ses pensionnaires. Elle est aidée dans sa tache par des communautés religieuses et des bénévoles, dont Juna Jacobs

Audio (8''): Juna
Évidemment, si personne ne leur vient en aide, ils n'ont aucun avenir, ils seront perdus à jamais

Reporter (21''):
En visite dans ses lieux où vivent ces blancs très pauvres, le président sud-africain avait promis de l'aide de ses compatriotes. En attendant l'aide promise les habitants des bidonvilles blancs essaient de se venir en aide eux mêmes. Carlos Mesquita, ingénieur en informatique, et ancien employé dans une industrie musicale, s'est transformée en enseignant. Ces dans des containers transformés en salle de classe qu'il accueille ses élèves.




Audio (21''): Carlos Mesquita
J'ai une licence en informatique. Je n'ai jamais enseigné mais quand je vois les enfants dans ce park, je me dis que si on ne fait rien pour eux, ils ne sortiront jamais de là. Donc j' utilise le container une fois par semaine pour les enseigner.

Reporter (9''):
Il a le soutien de Roné Barnard. Une mère de 39 ans, divorcée et qui vit avec son enfant à coronation park. Elle a à sa charge l'école maternelle du park.

Audio (8''): Ronné Barnad
les gens qui vivent ici n'ont pas d'argent pour payer l'ecole. C'est pourquoi, nous avons commencé avec la maternelle avant qu'il ne soit trop tard.

Effet (7''): chant d'enfants
Reporter (10''):
Si les enfants de Kempton Caravan park aujourd'hui, c'est qu'il viennent de recevoir la visite de Pauline, Juna et Sharon. Toutes les semaines, elles apportent des fruits et du matériel éducatif pour ces enfants.

Audio (17'') : Juna
Tous les mardi , nous leur apportons de la nourriture, des fruits. Et les mercredi, Juna, sharon et moi leur apprenons la lecture biblique. Et nous terminons par des jeux, nous essayons de les aider car ils souffrent beaucoup.
Effet (17''): travaux dans un garage (fondu sous commentaire)
Reporter (13''):
dans ces parks, la solidarité est le maitre mot. Lauent travaille dans un garage de dépannage pour automobilistes. Cela fait quelques mois qu'il travaille. En attendant de déménager du camp il cherche un emploi également de venir en aide aux autres

Audio(12''): Laurence
Je le fais. J'ai trouvé un emploi pour Francis mon beau père, et il a même commencé ce matin. Mon petit frère qui est la, travaille avec moi.


Reporter (24''):
A coronation park, n'eut été la ténacité des occupants des lieux, la municipalité de Krugersdop, les auraient fait deguerpir pour installer de écrans pour les spectateurs de la coupe du monde. A Kempton caravan park, Lulu De Beer la responsable est confrontée à un procès qui dure maintenant 5 ans. La municipalité lui demande une attestation de commerce. Les autorités locales estiment qu'elle mené une activité lucrative. Ce qu'elle dément formellement

Audio (31''): Lulu De Beer
Je dois faire une attestation commerciale, pour aider les gens et moi meme. Je dois aller à la mairie pour faire une demande d'attestation de commerce. Ce qui coute entre 60 et70.000 rand . La mairie m'a assigné en justice pour ça et cela fait 5 ans que nous sommes en procès. Pourquoi dois je faire une attestation commerciale alors qu'on nous traine déjà devant les tribunaux? Ils veulent que je mettent les gens dehors. Où veulent ils qu'ils aillent?

Reporter(16'') :
De nombreux blancs vivant dans ces bidonvilles attribuent à l'affirmative action, les mesures de discrimination positive mises en place par le gouvernement pour redresser les injustices raciales du passé. Des mesures controversées, mais qui ont tout de même contribué à la naissance d'une bourgeoisie noire en Afrique du sud
Effet (10'') : chant d'enfants

  Go to Page:
No Images found.
  Go to Page: