Photo Audio Text Multimedia
     

Qui sont-ils devenus?

Jean-Claude Basunga/Radio Liberte Kinshasa/Twenty Ten

Associated features: The Legends, Ghana (Photo feature), Le Bombardier (Photo feature), What have they become? (Photo feature), All Whites (Photo feature), Que sont-ils devenus? Cameroon (Audio feature), Death of a Legend (Photo feature)

Lieu: République Démocratique du Congo

Oublié dans leur propre pays, les champions d’Afrique des Nations 1968 et 1974 sont aujourd’hui de tous les efforts qu’ils ont consentis pour leur pays.

Jean-Claude Basunga : 35’’00’’’

Champions d’Afrique des Nations en 1968 et 1974, à ASMARA en Ethiopie lors de la 6e édition et au Caire en Egypte lors de la 9e édition, les anciennes gloires Congolais sont aujourd’hui méconnues par les dirigeants et les instances suprêmes de sport en République Démocratique du Congo. Et pourtant, la RDC est classée parmi les grandes nations de Football qui ont déjà remportés une phase finale de la CAN et c’est grâce à ces anciennes gloires qui aujourd’hui sont totalement aux oubliettes, ignorés dans leur propre pays.
Souplex EBENGO ancien gardien de V CLUB et les Lions de la RDC 1968.


1e SON : Souplex EBENGO : 40’’07’’’

C’est tellement très malheureux pour nous, parce que un adage français dit ceci : un prophète n’est jamais plébiscité chez lui. Alors, nous, nous avions remporté la coupe d’Afrique en 68 et 1974. Malheureusement, nous n’avions pas bénéficié de nos efforts, de notre contribution, de cette renommée. Vous voyez l’état dans lequel vous nous trouvez aujourd’hui, c’est vraiment regrettable.

Jean-Claude Basunga : 19’’06’’’

Si nous prenons l’exemple du Cameroun, Congo Brazza, Côte d’Ivoire, Ghana, Tunisie, Algérie, Egypte, Zambie, RSA, Gabon, etc. leurs anciennes gloires sont soit au sein de leurs Fédérations sportives où dans les instances internationales de Football où encore dans d’autres disciplines sportives, mais en RDC c’est le contraire. Papa BASAKISA, Journaliste.

2ème son : Papy BASAKISA, Journaliste : 27’’00’’

La situation sociale de nos anciennes gloires de football laisse à désirer. Moi je me dis aussi que c’est une question de préparation. Le facteur temps. La plupart de nos joueurs qui ont été sacrés soit en 68 Ethiopie soit en 74 n’ont pas su gérer leurs carrières aussi. C’est autant dire qu’il y a pas eu assez d’argent à cette époque. Ils jouaient au football parce qu’ils aimaient le football parce qu’ils étaient talentueux.

Jean-Claude Basunga : 16’’1’’’

Pourquoi n’est pas reconnaître ceux qui ont jadis fait l’honneur de la RDC, ceux qui ont hissé haut le nom et l’étendard de leur pays, alors 1ère Nation noire d’Afrique à avoir participé à une phase finale de la Coupe du Monde en 1974 en Allemagne.


3ème SON Brigitte Kabamba : 09’’16’’’

Pour moi cela est du au fait qu’en RDC, on n’a pas encore pris conscience de ce que représentaient les anciennes gloires ou les anciens joueurs.

Jean-Claude Basunga : 10’’13’’’

A travers la ville de Kinshasa, ces anciennes gloires vous ne pouvaient plus les reconnaître, d’autres sont devenus des mendiants. Alors qu’ils méritent mieux. Ils n’ont aucun statut en RDC.

4ème SON AIME KATUMBA, Journaliste. : 17’’10’’’

Il y a le problème des anciens footballeurs ceux qui ont l’histoire, qui ont écris les plus belles pages de l’histoire de notre football. Ils ont vécu leur temps. On n’a pas prévu quelque chose pour leur après carrière.

Jean-Claude Basunga : 10’’23’’’

Au niveau des instances du sport en RDC ils se font de l’argent aux noms de ces anciennes gloires. Fisc mandonga ancien jouer et supporters des Léopards, rencontré au sorti de son bureau, au centre ville.

5ème SON Fisc Mandonga 12’’17’’’

Ndaye Mulumba, meilleur buteur de la 9e édition de la CAN, Egypte 1974 avec 9 buts, dans une seule phase finale, il n’est aujourd’hui nulle part, malheureusement.

Jean-Claude Basunga : 09’’14’’’

Si la confédération Africaine de Football (CAF), pourrait au moins reconnaître les mérites de ce grand joueur, ne fut ce que pour lui décerner à chaque CAN une médaille de meilleur buteur étant recordman.

  Go to Page:
No Images found.
  Go to Page: