Photo Audio Text Multimedia
     

Où est le Cameroun

Crédit : Anne Mireille Nzouankeu / Twenty Ten

Manchette : Où est le Cameroun de 1990 ?

Date: 24 juin 2010
Lieu : Johannesburg, Afrique du Sud

Cameroon Fall from Glory(English Translation)


Résumé de l’article : Depuis le mondial 1990 au cours de laquelle le Cameroun a été le premier pays africain à accéder aux quarts de finale, les Lions Indomptables n’ont plus jamais dépassé le premier tour d’une coupe du monde de football. Ces mauvaises prestations sont attribuées au mauvais management et aux conflits de leadership qui minent l’équipe.

Mots clés : 2010, football, coupe du monde, Afrique du Sud, match, Eto’o, Emana, Paul Le Guen, défaite, Cameroun, Lions Indomptables, Bell, Joseph Antoine, qualification
Langue : Français
Média associés :

Texte :

Un problème de management

Au soir du 19 juin 2010, le Cameroun, précédemment battu par le Japon, perd le match contre le Danemark. Cette deuxième défaite place directement le Cameroun à la dernière place du groupe alors qu’il n’a pas encore livré le match contre les Pays Bas, classé premier du groupe E. Le Cameroun est ainsi éliminé de la coupe du monde avant d’avoir livré son dernier match de groupe.

En six participations à une coupe du monde de football, le Cameroun a été éliminé cinq fois au premier tour et la seule bonne prestation est celle de 1990.

En plus, les Lions Indomptables se sont difficilement qualifiés pour la coupe du monde de 2010, malgré leur inclusion dans un groupe jugé facile composé du Togo, du Gabon et du Maroc. Le Gabon, qu’on ne cite pas lorsqu’on parle des grandes nations du football, a battu le Cameroun à la Coupe d’Afrique des Nations 2010, où le Cameroun a été éliminé en quarts de finales.

Pour certains spécialistes, cette mauvaise prestation est la conséquence du mauvais management de l’équipe nationale du Cameroun.

« Une équipe, ce ne sont pas simplement les joueurs qui sont sur le terrain : c’est une politique générale de management. Il faut définir où on va et qu’est ce qu’on recherche », explique Joseph Antoine Bell, ancien Lion Indomptable et aujourd’hui consultant sportif. Pour lui, les autorités qui dirigent le football camerounais n’ont pas pris des mesures concrètes pour relever le niveau du football. Il ajoute qu’après des prestations telles que la défaite devant le Gabon, « on ne peux pas crier à la surprise quand on ne gagne pas de matchs en coupe du monde où il n’y a pas de Togo ni de Gabon » ».

Joseph Antoine Bell, dont les analyses font autorité dans le domaine du football, affirme que tous ces indices auraient pu alerter les responsables du football camerounais. « Personne n’a eu le courage de dire que se qualifier dans ce groupe là n’était pas un miracle et si s’en était un ça veut dire qu’un échec cuisant nous attendait forcement en coupe du monde », dit-il.

Des clans au sein des Lions Indomptables

La participation des Lions Indomptables à la coupe du monde de football 2010 a été émaillée par des rumeurs de conflits de leadership au sein de l’équipe. Samuel Eto’o, l’actuel capitaine, a été accusé de vouloir écarter de l’équipe tous ceux qui contestent son leadership à l’exemple d’Achille Emana, milieu de terrain. Il a également été soupçonné d’influencer les choix de Paul Le Guen lorsqu’il faut sélectionner les joueurs à aligner au cours d’un match. Les journaux ont fait état d’une scission au sein de l’équipe, avec un camp favorable à Eto’o, sociétaire de l’Inter de Milan, et un autre favorable à Achille Emana, qui joue actuellement au Betis Séville.

Les joueurs auraient donc, semble-t-il, été plus occupés à se battre qu’à se concentrer à gagner les matchs. Cette guerre aurait été à l’origine de certaines incohérences relevées au cours des matchs. On a par exemple pu constater que certains joueurs choisissaient de tirer des ballons hors de la zone de jeu au lieu de faire des passes à certains coéquipiers biens positionnés sur le terrain.

La tension a été à un moment si forte que le 18 juin, Michel Zoah, le ministre des sports du Cameroun, a du convoquer une réunion de crise à Durban où les Lions Indomptables ont établi leur base pour la coupe 2010. A l’issue de la réunion, Linus Pascal Fouda, le porte-parole des Lions Indomptables, a déclaré qu’il n’y avait pas de « problèmes aussi graves que ce qui se raconte partout ». Il a plutôt évoqué des « incompréhensions » entre les joueurs.

Joseph Antoine Bell estime pourtant qu’il s’agit d’une crise de leadership imputable au déficit de management de l’équipe. « Les problèmes internes sont le résultat d’une absence de rigueur. Il n’ya jamais de problèmes internes chez les vainqueurs, il n’y a jamais de problèmes internes chez les compétents, il n’y a jamais de problèmes internes chez les champions. Les problèmes internes, c’est pour ceux qui ne passeront pas. Il n’ya pas de problèmes internes là où il y a un manager rigoureux et compétent ».

Les compétences de l’entraîneur

Lors du match du Cameroun face au Japon, Paul Le Guen, l’entraîneur français des Lions Indomptables, a opéré des choix tactiques hasardeux, tel que le fait d’aligner une équipe expérimentale pour un match de coupe du monde. Il a aussi fait jouer Samuel Eto’o au couloir droit, un poste auquel il n’avait jamais joué en équipe nationale, ni au cours des matchs officiels, ni en matchs préparatoires. L’entraîneur s’est basé sur les choix faits par José Mourinho, son collègue de l’Inter de Milan, l’équipe dans laquelle évolue Samuel Eto’o. Pourtant, il est de notoriété publique que si Eto’o est si performant à ce poste à l’Inter de Milan, c’est parce qu’il a des coéquipiers tels que l’avant-centre Diego Milito. Cette position l’a rendu complètement inefficace au sein de l’équipe nationale camerounaise. Ce n’est qu’à la 80ème minute de jeu que Le Guen, comprenant son erreur, demande à Samuel Eto’o de jouer dans l’axe central, là où il joue généralement avec les Lions Indomptables.

D’autres erreurs, telles que ne faire entrer Achille Emana qu’à la 63ème minute et Geremi Njitap à la 75ème , d’exclure le milieu de terrain Alexandre Song ou encore d’aligner Achille Webo en latéral gauche au lieu du centre avant où il joue mieux, ont rendu l’attaque molle et contribué à la défaite face au Japon.

Au moment où le Ghana est le seul pays africain qualifié pour le deuxième tour du mondial 2010, l’équipe du Cameroun, victime de mauvaise administration, n’est plus que l’ombre d’elle-même.

« Lorsqu’on est complaisant, on finit par avoir ce que nous avons eu. C'est-à-dire qu’à un moment, le sport nous rattrape et il est implacable », conclue Joseph Antoine Bell.


  Go to Page:
No Images found.
  Go to Page: