Photo Audio Text Multimedia
     

Les opérateurs économiques

Crédit : Anne Mireille Nzouankeu / Twenty Ten

Cameroun: Les opérateurs économiques sont contents du Mondial

Date: O9 juillet 2010

Lieu : Yaoundé, Cameroun

Résumé de l’article : La participation du Cameroun à la coupe du monde de football 2010 a permis à beaucoup d’opérateurs économiques d’augmenter leur chiffre d’affaires. La vente des gadgets sportifs a augmenté et les tenanciers de débits de boisson sont satisfaits de l’afflux des clients.

Mots clés : 2010, coupe du monde, Afrique du Sud, Cameroun, argent, économie, maillots, gadgets

Texte :

Les gadgets se vendent bien
A Yaoundé, des banderoles et des affiches vantent les prix promotionnels faits sur les téléviseurs. « En général, nous vendons environ cinq téléviseurs par mois. Mais durant le mois de mai dernier, nous avons vendu 17 téléviseurs, ce qui est un véritable record », explique Guy Tchamba, le gérant d’un magasin de vente d’appareils électroniques situé au marché central de Yaoundé. « Nos clients sont les propriétaires de restaurants et de débits de boissons qui veulent attirer une plus grande clientèle lors des matchs. Nous avons également quelques personnes qui achètent des téléviseurs pour leurs domiciles », renchérit Serges Atéba, lui aussi propriétaire d’un magasin au marché central de Yaoundé.

En prévision de la coupe du monde, Serges Atéba a également acheté un lot de maillots, de drapeaux et de sifflets. Les maillots viennent de Chine et sont vendus entre 1.000 (1,5 €) et 4.000 Fcfa (6 €) la pièce. Il n’a pas l’habitude de vendre ces gadgets, mais il a flairé la bonne affaire. A quelques jours de la fin de la coupe du monde, Serges Atéba a épuisé son stock de gadgets sportifs. Il ne souhaite pas donner un chiffre quant à l’impact économique de la coupe du monde sur ses affaires, mais le large sourire qui se dessine sur son visage est suffisamment évocateur.

Les imprimeries aussi ont augmenté leur chiffre d’affaires. Elles impriment des calendriers de poche des matchs. Sur ces calendriers, le fan pouvait reporter les scores des matchs et effectuer les combinaisons des matchs suivants. Le calendrier coûtait 100Fcfa (0,1€) et Simon, l’un des multiples vendeurs ambulants du rond-point de la poste centrale de Yaoundé, confirme que « ces calendriers se sont beaucoup vendus ».

Durant les matchs, les fans de football aimaient bien s’asseoir dans des débits de boissons pour regarder les matchs ensemble autour d’une boisson alcoolisée, au grand bonheur des propriétaires qui vendaient un peu plus que d’habitude.


L’argent de la Fifa

Au niveau national, la Fédération internationale de football association (Fifa) verse une certaine somme d’argent à chaque pays qui participe à la coupe du monde.

« Ce n’est un secret pour personne que la Fifa débloque 5 millions de dollars pour la préparation des équipes et 8 millions de dollars pour leur participation », explique Junior Binyam, le chargé de la communication de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot).

Au Cameroun, il a été fait mention de ce que les fonds débloqués par la Fifa ont été utilisés à d’autres fins par la Fecafoot. Cet argent aurait notamment servi à payer des frais de mission à une délégation pléthorique des membres de la Fecafoot. A ce propos, Iya Mohamed, le président de la Fecafoot, estime que « Les gens parlent des choses qu’ils ne maîtrisent pas » et explique : « A ce jour, la fédération n’a reçu de la Fifa qu’un million de dollar et cet argent a été entièrement utilisé pour la préparation de l’équipe. Nous attendons encore de la Fifa huit millions de dollars bruts, étant donné qu’il y a des taxes, des retenues à la source opérées par la Fifa, pour le compte du pays organisateur. Cet argent sera entièrement affecté au développement de notre football pour les quatre prochaines années ».

Lors de la coupe du monde de football 2010, le Cameroun a été éliminé au premier tour sans avoir pu marquer un point. Toutefois, au plan économique, beaucoup de Camerounais ont réussi à tirer des bénéfices de cette participation. Christian Mbida, économiste à Yaoundé, est de cet avis : « Lorsqu’un pays participe à la coupe du monde, tous ses habitants y gagnent, même si c’est à des degrés divers. Un maillot vendu rapporte de l’argent aussi bien au fabricant dudit maillot qu’à son importateur et à celui qui l’a vendu pour ne citer qu’un exemple ».



  Go to Page:
No Images found.
  Go to Page: