Photo Audio Text Multimedia
     

La mémoire des stades (SAD)

La mémoire des stades
Serge Adam's Diakité/Twenty Ten

Lieu: Abidjan & Agboville / Côte d'Ivoire

Fx : bruitage (personnes en train de discuter de football, très tôt le matin) au ‘‘ café des sportifs ’’ ; sis à l’angle Avenue 16 / Rue 38 à Treichville, l’une des communes du District d’Abidjan ; mixage à partir de la 8ème seconde : (0’09’’)

Reporter : On les trouve un peu partout en Afrique. Dans les villages, les quartiers, les places publiques de nos villes, les cafés, les QG (Quartier Général) de clubs et bien d’autres endroits. Diomandé alias ‘‘ Sang chaud ’’, fervent supporter des Eléphants de Côte d’Ivoire, rencontré à Agboville, à 79 kms au Nord d’Abidjan, fait partir de ces hommes et femmes ayant une bonne connaissance de l’histoire du football africain. Il garde encore en mémoire cet évènement de Maroc 88 ( la CAN ).

Audio : (0’16’’)
«A quelques secondes, où l’arbitre devait emmener tous les joueurs sur la pelouse, le gardien titulaire congolais a eu un malaise et puis il a été remplacé par le second qui était Mérikangui et le second n’a plus laissé la place jusqu’à l’équipe est arrivée en quart de finale et l’équipe a perdu contre la Côte d’Ivoire »

Reporter : Vous trouverez ces connaisseurs du football africain également dans la presse. Freddy Mendizabal est journaliste sportif à Elit’FM, une radio d’Abidjan. L’une de ses spécialités : l’Afrique du Nord.

Audio : (0’29’’)
«L’Algérie, c’est gravé dans l’histoire que ça été l’une des rares équipes africaines à avoir battu la grande équipe d’Allemagne en 1982. C’était une belle brochette ; on pouvait compter entre autres Nourredine Kourichi, ce défenseur axial, Merzékane, Fodil Mégahéria, Bergehebi, Rabah Madjer, Lakdar Belloumi, c’était une génération rêvée. Le mondial espagnol venait de créer une des plus grosses surprises de l’histoire du football mondial, à savoir victoire 2 buts à 1 de l’Algérie face à la grande RFA (Ndlr République Fédérale d’Allemagne).»

Reporter : Freddy parle aussi du football marocain avec aisance.

Audio : (0’26’’)
«Le Maroc, c’est quand même la date clé en 1976, avec cette victoire contre le Silli national de Guinée et puis la grosse sensation marocaine est venue sans doute de 1986 lors de cette rencontre face à la RFA , en huitième de finale. C’est vrai le Maroc a été battu 1 à zéro, but d’Andreas Brehme sur coup franc, mais il faut le dire, c’était quand même une grande équipe avec Badou Zaki, El Biaz, Moustapha El Haddawi, Mohamed Timoumi Merry Krimau. »

Reporter : Retenir des faits historiques et pouvoir les relater avec précision est possible grâce à notre mémoire, soutient M. Sylla Moustapha, un psychologue.

Audio : (0’27’’)
«La mémorisation se fait par apprentissage. Nous avons deux types d’informations que l’on mémorise ; il y a les informations concernant les évènements que nous -mêmes nous avons vécus : c’est la mémoire autobiographique. Il est très rapide de se souvenir de ces évènements, parce que nous les avons vécus. Le deuxième type d’informations que nous stockons sont les informations que nous apprenons : c’est la mémoire sémantique et là ça demande beaucoup plus de travail, d’apprentissage, de répétition pour mémoriser. »

Reporter : Diomandé alias ‘‘ Sang chaud ’’ que vous avez entendu en début de reportage, fait beaucoup confiance à sa mémoire.

Audio : (0’08’’)
« Nous, au football, on a pas le temps d’écrire, mais on retient tellement que on arrive pas à oublier, mais pour être un conservateur comme nous, il faut aimer d’abord la chose.»

Reporter : L’exercice et l’amour pour le football semblent ne pas suffire ; il faut être allé à l’école. Cissé Karim dit ‘‘ Le Maréchal Bassolé ’’, grand supporter du club ivoirien ‘‘ Asec Mimosas ’’ le sait très bien.

Audio : (0’18’’)
«J’ai regardé un match d’Asec contre équipe nationale d’Egypte à Abidjan ici. Ce jour, on a fait 2-2 ; vraiment ce match là, si je pouvais revoir ça encore …Je vois pas si on peut avoir un match qui peut être intéressant, être beau comme ce match, mais malheureusement, je connais pas papier (Ndlr je ne suis pas allé à l’école) ; je n’ai pas pu retenir qui sont ceux qui ont marqué les buts ; aujourd’hui, tu me demandes, je peux pas connaître. »

Reporter : Comme on le constate, l’Afrique, c’est aussi ces archives ambulantes : la mémoire des stades du continent.

  Go to Page:
No Images found.
  Go to Page: